Review

Deep Scar, le nouveau shojo à l'italienne

By Lassia
Jul 06, 2018 23:25

• Le point technique

Deep Scar est un manga italien, réalisé par Rossella Sergi en 2017. Les chapitres sont publiés au fur et à mesure sur le site Weeklycomics.fr de l'éditeur H2T. Le premier tome est sorti le 13 Juin, et comporte 190 pages, soit une épaisseur de presque 2cm. Ce premier tome m'a coûté 7.95€, et je n'ai rien à redire niveau qualité du papier et de l'encre : le papier est épais, de bonne qualité et aucune bavure en vue. A noter que le sens de lecture est occidental, comme un roman donc, et pas japonais comme la plupart des mangas. Le chapitre 1 est disponible ici. Retrouvez le trailer de la série ici.

• La jaquette
Rossella Sergi nous offre une jolie couverture brillante, avec l'héroïne sur le recto. Au verso, on y retrouve les deux personnages masculins principaux. Enfin sur le rabat gauche, l'auteure nous livre une anecdote amusante concernant sa phobie des insectes. Sous cette jolie jaquette, on y retrouve de nouveau Sophia mais dans un visuel différent (qui n'a pas l'air très rassurée d'ailleurs), un peu plus brouillon mais qui ne manque pas de charme, accompagné du titre. Au verso, rien de plus que le résumé de la série et la même phrase : "se relever pour commencer une nouvelle vie…".

• Contenu
Le shojo nous accueille avec deux pages en papier glacé, toujours dans des tons chauds et doux. Chose qui détonne d'ailleurs avec l'histoire qui nous attend.

Images tirées du premier chapitre en ligne.

Ce que j'ai tout d'abord apprécié, ce sont les décors qui changent. Je n'ai rien contre les décors japonais, sinon j'aurais arrêté les animes et les mangas depuis un bail, mais le fait que ça se déroule à Turin, en Italie, change diamétralement et on apprécie de découvrir cette ville à travers les yeux de Sophia. De plus, on remarque bien que rien n'est japonais, l'auteure n'a pas cherché à "japoniser" son manga, puisque les prénoms sonnent italiens également.

Concernant le trait, nous avons certes de beaux personnages, mais ils sont tout de même charismatiques et on s'intéresse à chacun d'entre eux. La mangaka nous gratifie d'ailleurs de mignons chibis en fin de chapitre, et d'une belle page consacrée à un personnage de l'histoire au début d'un nouveau. De plus, à la fin du tome, nous avons droit à des bonus concernant les différents protagonistes.

Plusieurs forces contraires s'affrontent dans ce premier tome : la naïve et douce Sophia contre la sulfureuse et fêtarde Véronica, ainsi que le petit ami surprotecteur qu'est Toma contre le mystérieux et impulsif Lorenzo. Et c'est sûrement ça qui m'a plu dans ce shojo. Il m'intrigue. La tournure que va prendre l'histoire m'intrigue. Ce premier tome introduit parfaitement les personnages et les intrigues de l'histoire : qui est vraiment Lorenzo? Pourquoi se comporte-t-il ainsi avec Sophia, qu'il connait a priori à peine? Toma va-t-il continuer à surprotéger Sophia au point de mal tourner? Et Sophia, va-t-elle finir par changer et devenir comme Véronica?

De plus, Sophia a toujours rêvé d'aller à la fac, mais quand elle y arrive, elle a 22 ans. Elle est donc plus âgée que la plupart des élèves. Je me demande si l'auteure va exploiter ça, mais il y a déjà tant à faire niveau histoire… Notamment autour de la famille de l'héroïne qui accepte moyennement sa situation et la surprotège. Sophia est jugée ringarde et naïve, mais n'est-ce pas du à la jolie cage dorée dans laquelle elle a grandi? Et alors même qu'elle l'a quitté depuis quelques jours, on essaye de la ramener de force, à croire qu'elle n'a pas le droit de vivre comme elle l'entend.

L'auteure traite de la protection abusive des parents et du partenaire dans un couple, la frontière entre protection légitime et celle qui est étouffante, au point de vraiment vivre un mal être car on se sent constamment surveillé, indigne de confiance et incapable de faire quoi que ce soit par soi-même. Sophia essaye de combattre ça en tenant tête à ses parents et à son petit ami. Mais comment finira-t-elle? Telle est la question.

Le passé de Lorenzo m'intrigue aussi particulièrement de par ses réactions incompréhensibles vis-à-vis de notre étudiante en psychologie. La connait-il? Est-ce un coup de foudre étrange? Le jeune homme pourtant charismatique cache certainement des traumatismes justifiant ses actes.

D'ailleurs, le nom de la série est bien choisi "Deep Scar" (ou Cicatrice Profonde pour les non-bilingues) correspond sûrement à ses traumatismes que j'ai supposés, mais aussi aux blessures que provoque la surprotection de l'entourage de Sophia sur cette dernière. Mais le titre peut aussi avoir un autre sens si un des personnages avait une cicatrice physique, ce qui, pour l'instant, ne nous a pas été montré.

En bref, beaucoup de monde semble s'intéresser à notre protagoniste : entre ceux qui veulent la défendre à juste titre, ceux qui l'étouffent et ceux qui lui veulent du mal, notre héroine n'est pas au bout de ses peines. Et je me demande vraiment comment l'histoire va tourner. Un shojo qui change car là ce n'est pas une amourette de collège/lycée, il s'agit d'une jeune adulte, déjà en couple de surcroit et qui traite de sujets matures.

Les questions fusent, les persos sont charismatiques, on se met facilement à la place de l'héroïne et on reste surpris par certaines tournures de l'histoire. J'ai hâte de connaître la suite et vous encourage à soutenir cette jeune auteure italienne! A noter que je suis très difficile en shojo. Je ne dis pas que mes goûts sont les meilleurs de l'univers, mais les shojo auxquels j'accroche autant sont peu nombreux… J'espère vous avoir donné envie de découvrir cette histoire, cette auteure, et cet éditeur qu'est H2T!

Synopsis :

Sofia est une étudiante en 1ere année de 22 ans. Une fille classique, un brin naïve mais aussi douce et dévouée. Elle est en couple avec Luca, un gentil garçon avec lequel elle vit une relation stable. Pourtant sa vie va changer dès l'instant où elle mettra les pieds à Turin, et plus particulièrement dans sa nouvelle colocation. Sa première rencontre avec Véronica, sa future colocataire, est pour le moins troublante tout comme le sont ses amis parmi lesquels: Lorenzo. 23 ans, tatoué, toujours vêtu de noir, à l'air dur et ténébreux. Il est beau, mais aussi froid et cynique, à en paraître presque cruel! L'intégration pour la jeune femme s'annonce donc compliquée, d'autant que Lorenzo semble cacher un secret lié au passé de Sofia que cette dernière ne soupçonne pas. 

Genre : School Life, Romance, Drame, Psychologique

Mots clés : REVIEWS

Articles Similaires :
Partager :