Frankenstein Family : Histoire mignonne d'enfants aux parents mal intentionnés

Chronique

Après une semaine passée à me demander comment j'allais débuter cette review, j'ai décidé d'être un "fantôme rôdant sur Anikawa" honnête. Je n'ai pas aimé. Mais, en grandissant, il n'existe au final que très peu de mangas dans lesquels j'arrive à "rentrer" désormais. Frankenstein Family est l'une de ces œuvres sur laquelle je ne me serais pas arrêtée, même si elle trônait fièrement sur l'étagère unique d'une librairie. Ça ne veut pas dire que l'histoire ou les graphismes sont mauvais, loin de là. Il y a des gens qui kiffent le chocolat au lait et d'autres qui ne jurent que par le noir. Ben là c'est pareil. Je ne supporte pas de manger chez des inconnus, ça ne veut pas dire que leur cuisine est infâme, c'est juste moi qui suis méfiante et difficile. J'ai découvert suite à ma lecture que ce manga est en réalité un manhua, c’est-à-dire une œuvre chinoise. Et c'est peut-être pour ça que je n'ai pas accroché! (Non, je ne suis pas raciste, j'ai du chinois dans mon ADN, ok?!) Les rythmes, approches, styles de dessin ou de narration diffèrent toujours d'une culture à l'autre, ce qui fait justement l'intérêt de la diversité. Le nom de l'auteur, Yanai, aurait tout aussi bien pu être d'origine japonaise et ma fidèle manie à ne jamais lire les synopsis ou infos relatives à un manga au préalable m'a conduite à une première lecture "chinoise" qui me laisse dans un brouillard assez diffus donc.

Frankenstein Family (Jikken-hin Kazoku / Shiyan Pin Jiating) est un twoshot chinois, publié en France sous la bannière de notre partenaire ChattoChatto que nous remercions pour cette découverte et toutes les autres (Quand la neige m'appelle, Don't Call Me Magical Girl, I'm OOXX). Bien que la plupart des sites affichent une série terminée en 2 tomes en Chine et au Japon, ChattoChatto a affirmé dans un tweet qu'il y aurait un troisième tome pour boucler la série en France. Les éditions auraient-elles amadoué l'autrice pour dégotter un chapitre spécial et inédit ou bien le découpage a-t-il été pensé différemment? Mystère.

Le manhua porte plutôt bien son nom. En effet, nous suivons l'histoire d'une famille déglinguée : Des parents savants fous et des mouflets en pagaille qui ont bien évidemment dû subir les expériences de leurs géniteurs. La première œuvre de Yanai parue en 2015 à Hong Kong s'est vue dotée d'une adaptation animée en 2018. La série se constitue de 12 épisodes de 15 minutes édités par Crunchyroll et animée par le studio Big Firebird Cultural Media (Hitori no Shita : The Outcast 3).

Dès la réception du tome, les éditions ChattoChatto nous plongent dans l'ambiance et c'est appréciable! Je n'ai pas eu l'occasion de lire le tome dans la foulée, mais une fois fait, je me suis souvenue de la lettre adressée et des douceurs qu'elle contenait. Deux car-en-sac blancs destinés à jouer le rôle des pilules que le personnage principal, Denis, doit donner à ses sœurs.

 

Pourquoi Frankenstein Family?

Comme évoqué précédemment, nous suivons l'histoire d'une fratrie victime des projets d'un couple de scientifiques (j'ai toujours dit que les littéraires étaient les meilleurs). Denis, le benjamin de la famille se considère comme un génie et le seul membre normal de sa famille. Le jour où ses parents sont arrêtés, il se retrouve seul avec son frère, dont la particularité est de se transformer en chien, et ses trois sœurs, l'une télépathe, l'une croisée avec une araignée et la dernière avec un arbre. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Nina de FMA tout au long de ma lecture, heureusement, le récit est si léger qu'il est difficile de verser une larme à moins que j'y suis juste insensible.

Il y a pourtant pas mal de choses qui m'ont agacé dans cette lecture, tant au niveau visuel que scénaristique et pourtant, en la poursuivant, j'ai réussi à m'attacher à un personnage. Pour moi, il s'agit de Tracy, la frangine douée de télépathie mais incapable de sourire ou laisser paraître une quelconque émotion. Pour vous, il s'agira peut-être du déterminé Denis, prêt à tout pour vivre enfin une vie normale avec ses frères et sœurs malgré son jeune âge, ou encore de la douce et souriante Alsace, tandis que d'autres s'enticheront de la turbulente et cinglante Ashlee.

J'ai trouvé ces personnages très agaçants pour ma part, néanmoins ma licence de psychologie me souffle que chaque réaction est pleinement compréhensible. Ashlee passe son temps à geindre et beugler après tout et tout le monde, mais n'oublions pas qu'il est question d'une adolescente transformée par ses parents en un insecte chasseur et dangereux. Alsace est quant à elle la bonne poire de service, d'une douceur exagérée et bienheureuse, mais son calme et son sourire reflètent ce qu'on attend d'une belle plante : ensoleiller une pièce, y apporter une sensation de fraîcheur. Shiro est aussi docile et fidèle que peut l'être le meilleur ami de l'Homme, enfin, Tracy semble être la plus méfiante et distante, rien d'étonnant lorsqu'on entend sans arrêt les pensées des gens autour de soi. Quant à Denis, il s'agit d'un garçon que ses parents ont toujours placé sur un piédestal vis-à-vis de sa fratrie, le considérant comme un petit génie et le faisant bénéficier d'une vie différente avec des avantages que ses ainés transformés n'ont pas connu.

 

Des thématiques peu exploitées

Elles sont pourtant nombreuses à être évoquées et intéressantes. De la fratrie à la tolérance, en passant par la découverte et la compréhension d'un monde et de modes de vie jusque-là inconnus, nous suivons le quotidien d'une famille rapiécée dans des situations qui pour nous, apparaitraient comme tout à fait banales. Or, il n'en n'est rien pour nos personnages pour qui manger au restaurant relève d'un véritable défi, tout comme se promener dans la rue.

Je reproche à ce manhua son ton léger malgré des bases scénaristiques horrifiques. Le détachement des personnages vis-à-vis de la situation dans laquelle ils ont été plongé me dérange mais la légèreté du récit est sans doute un souhait de l'autrice et qui sait, peut-être trouve-t-on plus de profondeur dans les tomes suivants. Ma déception vient peut-être aussi d'un désenchantement, à la réception du premier tome, ChattoChatto y joignait une lettre s'adressant à Denis, signée de ses parents. L'aspect poétique et émotionnel laissait à croire un attachement entre le jeune garçon et ses parents arrêtés. A partir de là, tout est possible à imaginer. Le couple de scientifiques aurait pu être arrêté à tort, mais aimait sincèrement leur progéniture, or à la lecture du tome, nous découvrons vite un manque d'affection entre membres de cette petite famille, pour ne pas dire une indifférence des enfants vis-à-vis des parents. Les intentions de ces derniers ne sont pas clairement exprimées non plus. Enfin, le contexte environnemental de l'histoire, nous laisse un peu perdu. La police et l'assistance sociale ont beau exister dans le monde décrit par Yanai, le système semble un peu bancal.

Côté graphisme, nous trouvons une jolie couverture aux couleurs claires, les personnages sont expressifs mais le dessin n'est pas toujours évident à comprendre au premier coup d'œil, particulièrement lorsque plusieurs personnages sont représentés dans une même case. Les décors sont quant à eux sobres ajoutant à l'impression générale d'une histoire épurée, sans fioriture.

Pour ceux d'entre vous qui me trouveraient dure avec cette œuvre, je serais curieuse de connaître vos impressions suite à cette lecture. Pour ceux qui ne l'auraient pas encore lu ou hésitent à s'y pencher, je pense que certaines scènes et émotions sont plus accessibles à travers l'adaptation animée. Malgré tout, ce premier tome contient tout de même quelques passages qui feront "momoter" les plus sensibles d'entre vous, sourire les plus détachés et révolteront ceux qui, comme moi, ont du mal avec les développements "longs à la détente" des personnages.

La petite histoire supplémentaire à la fin était cool cela dit!

 

 

Synopsis :

Voici l’étrange histoire d’une fratrie dont les gènes ont été modifiés ! Suite à l’arrestation de ses deux parents, le jeune Denis doit désormais s’occuper de son frère et de ses 3 sœurs. Ces derniers ont été génétiquement modifiés par leurs parents, scientifiques de génie, qui ne voyaient en leurs enfants que des sujets d’expérimentations. Seul Denis a échappé à tout cela pour une raison mystérieuse. Ils vont devoir alors essayer d’apprendre à vivre « normalement » en famille, et cacher leurs identités dans une société qui verrait d’un mauvais oeil ces « monstres de Frankenstein».

Source : ChattoChatto

Genre : Seinen, Slice of life, Fantastique, Famille, Manhua

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Pinterest