From End t.1 : Retour en enfer

Chronique

From End marque le début de notre partenariat avec les éditions Kana. Nous les remercions pour leur confiance, et commençons donc notre série de reviews avec ce « psycho-thriller » de Mitsuo Shimokitazawa qui fait son entrée en France. D’ailleurs, anecdote étonnante : au Japon, l’œuvre est classée shojo alors que notre éditeur français l’a classée seinen. C’est à mon avis plus approprié, étant donné que l’on aborde des sujets sensibles tels que le harcèlement, le meurtre et le viol. Âmes sensibles s’abstenir ! 

L’histoire tourne donc autour de Rui Shinomiya, enseignante au lycée que fréquente Rui Hayase. Partageant le même nom, ils découvrent très vite, à cause (grâce ?) à l’insistance de la professeure, qu’ils partagent bien plus qu’un simple nom. En effet, leur passé et leur destin sont intimement liés, et bien qu’ils se ressemblent énormément, ils restent très différents l’un de l’autre. 

Harcelé et torturé par le même homme, ce duo de héros-victimes décide d’affronter leur passé pour regagner leur liberté. Leur vengeance prend donc un tournant décisif pour leur avenir. 

Hayase nous paraît froid au début, indifférent, reclus dans sa bulle à lire sans s’intéresser aux autres. D’ailleurs, les autres élèves ne font rien pour comprendre son comportement, et n’imaginent pas une seule seconde ce qu’il peut vivre au quotidien. 

Ce n’est que lorsque Shinomiya tombe sur la photo qu’il garde précieusement sur lui que nous commençons à comprendre. Sur le cliché se trouve la jeune femme à l’époque du lycée, lorsqu’elle était victime d’agression sexuelle. Mais pourquoi donc garder cette photo ? De prime abord, le jeune homme semble légèrement dérangé, mais lorsqu’il explique sa raison, on ne peut que compatir et, même si c’est assez malsain, cela n’est pas si étonnant venant d’une personne brisée. 

Dans cette œuvre, l’auteur nous montre le pire du genre humain, une effrayante intelligence et à quel point quelqu’un peut tomber dans la folie et la psychopathie (d’ailleurs, nous n’avons pas de réelles raisons évoquées dans le tome 1, peut-être dans la suite ?). Mais grâce à cela, nous avons droit à une belle réflexion sur la liberté, chose que, dans notre société de pays « développé »nous pensons naturellement acquise. La série nous rappelle que, malgré les apparences, certaines personnes ne sont pas si libres. Le harcèlement et les violences perpétrés en secret au sein d’une famille et personne d’extérieur na conscience, sont une réalité qui existe même hors du cadre de la fiction. Et c’est un thème que j’ai rarement vu être abordé en manga. 

Shinomiya et Ayase luttent donc pour se libérer et nouent une relation solide et inattendue, et on se demande bien où cela pourra les mener. 

En tout cas, dans cette série, pas un seul moment de répit ne sera autorisé. À chaque fois que les choses semblent s’arranger, nos héros se retrouvent dans des situations toutes pires les unes que les autres. Le danger peut venir de partout, et l’auteur arrive à nous faire douter de tout et de tout le monde. 

Alors qu’ils pensent être enfin sortide leur enfer, le véritable cauchemar ne fait que commencer. 

Tome 2 le 20 septembre. Découvrez un extrait ici.

Synopsis :

Enseignante au lycée depuis peu, Rui Shinomiya tombe un jour sur une photo précieusement gardée par Rui Hayase, l'un de ses étudiants. Choquée, elle se reconnaît sur le cliché, adolescente, à l'époque où elle était victime d'agressions sexuelles. Le passé qu'elle avait tout fait pour oublier resurgit brutalement. C'est un nouvel enfer, pavé de chantage et de manipulation, qui commence...

Genre : School Life, Romance, Drame, Mature

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Pinterest

Vous pourriez aussi aimer