Gare, tableaux noirs et espoirs post-corona

Divers

Souvenez-vous des années 90. A cette époque où les lettres XYZ n’étaient pas encore camouflées derrière un QR Code. A cette époque-là, à peu près toutes les gares japonaises avaient un tableau noir.

Les citadins nippons ont toujours utilisé les gares comme points de rencontre. Et à cette période antérieure aux téléphones portables, ces tableaux noirs étaient l’unique moyen pour écrire un message, prévenir si une personne ne pouvait plus rester et devait partir avant que l'autre arrive.

Et ça fonctionnait. Parce que les japonais sont des gens civilisés qui ne dessinent pas des pénis sur tous les centimètres de murs, de porte ou de sol libres qu’ils croisent. Bref.

Une fois les téléphones mobiles et les applications de messagerie devenus omniprésents, les tableaux noirs sont rapidement devenus des reliques inutilisées. Les stations ont progressivement commencé à supprimer les leurs plutôt que de les entretenir, et ils sont à présent devenus un spectacle rare. Il est donc surprenant que la station Higashi Kanagawa ait installé la semaine dernière non pas un, mais quatre nouveaux tableaux.

Ce qui rend cela particulièrement surprenant, c'est que la gare Higashi Kanagawa n'est pas un arrêt provincial sur une ligne rurale. Elle se situe à Yokohama, la deuxième plus grande ville du Japon, à moins de 30 minutes du cœur du centre-ville de Tokyo. Alors pourquoi une gare localisée dans un quartier si moderne et développé du Japon tournerait au rétro?

La réponse se trouve sur les tableaux blancs au-dessus des tableaux noirs, où un message du personnel de la station informe :

« Tout le monde, merci de faire ce que vous pouvez pour aider à prévenir la propagation du coronavirus. Ces jours-ci, nous devons tous cesser de faire beaucoup de choses que nous voulons faire. Il y a des endroits où nous voulons aller et des gens que nous voulons voir. Alors pourquoi ne pas mettre ces sentiments en mots?

Partager nos pensées et nos espoirs peut aider à apaiser les sentiments d'isolement, nous avons donc installé ces tableaux mémo.

Nous pensons que les temps heureux finiront par revenir, alors n’abandonnez pas et continuons tous à faire de notre mieux. »

Découvrons un aperçu des messages rédigés jusqu’à présent par les utilisateurs de la ligne…

 

"J'espère que je pourrai bientôt rendre visite à mes parents."

"Je veux aller à une source chaude."

 

La gastronomie étant l'une des activités phare du Japon, il y a aussi ceux qui ne pensent qu’à bouffer.

 

"Je veux manger de bons ramen."

"Je veux vraiment manger de bons beignets."

"Faire un gratin pour le dîner ce soir."

 

"En espérant que la propagation des infections s'arrête bientôt. Tout le monde, restez en sécurité!"

"Je veux retourner à l'école."

 

Nous sommes au Japon après tout. Ici, cela nous ferait sourire. Là-bas, on serait tenté d'y croire.

"XYZ. Éliminez le coronavirus. "

 

"J'attends avec impatience le jour où nous pourrons tous passer du temps ensemble et sourire à nouveau."

"N'oubliez pas les bons moments. Je pense qu'ils reviendront. "

"À tous ceux qui travaillent dur dans la station, merci."

"Accrochez-vous! Nous pouvons le faire!"

 

Techniquement, ce sont des messages que les gens pourraient publier sur Twitter, Facebook ou toute autre plate-forme numérique, mais il y a une qualité particulière à les faire écrire sur les panneaux de la station.

Le fait de savoir que quelqu'un d'autre qui vit ou travaille dans le quartier se tenait juste là renforce le sentiment d’appartenance à la communauté – un concept fort au Japon, et fournit un sentiment de connexion interpersonnelle, difficile à trouver à une époque où la plupart d'entre nous font face à la solitude du confinement.

Les messages de la journée sont effacés tous les soirs à 18 heures pour faire place à de nouveaux le lendemain. La direction de la station n'a pas dit combien de temps les tableaux resteront en place, probablement parce que personne ne sait pendant combien de temps la situation du coronavirus se poursuivra, mais peut-être que le sentiment de connexion qu'ils fournissent se révélera suffisamment fort pour que ces tableaux noirs restent en place même après que la vie ait repris son cours et que tout soit revenu à la normale.

Source : JAPANTODAY , soranews24.com
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Pinterest