Graineliers t. 1 & 2 : Quand les graines deviennent des armes

Chronique
          Grâce aux éditions Ototo, nous avons la joie de vous proposer une chronique sur les deux premiers tomes de Graineliers, série de Rihito Takarai, qui signe ici son premier titre non yaoi. Le premier tome étant sorti en janvier et le second en juillet, nous sommes un peu en retard, mais c’est l’occasion de vous faire (re)découvrir cette série originale se déroulant dans un décor occidental. Le pays n’est pas clairement mentionné, mais comme les prénoms et les inscriptions sur des affiches ou des flacons sont en français (à moins que ce ne soit un effort de traduction), et vu la structure des bâtiments qui semble correspondre, j’aurai tendance à dire que la série se déroule en France moyenâgeuse.

          Nous plongeons donc dans un monde où les graines ont une importance primordiale ; pauvres comme riches ne peuvent vivre sans, et pour cause, celles-ci ont trois fonctions : plantes, prodiguer un effet surnaturel comme produire du feu et délétères. Une fois ingurgitées, ces dernières ont pour effet de modifier la structure du corps pour le rendre à moitié végétal, mais c’est loin d’être sans risque puisqu’il y a 97 % de chance de mourir, et ceci est d’ailleurs complètement illégal.

          Les graineliers sont donc les personnes dont le métier est de cultiver des graines (les seuls à pouvoir légalement le faire) et d’arrêter les porteurs de graines délétères.

          On suit Lucas, un enfant dont le père fait pousser illégalement des graines, ce qu’il fait aussi pour gagner de l’argent (il est d’ailleurs très rationnel sur ce point). Son meilleur ami d’enfance, Abel, est quant à lui bien plus innocent et brave. Leur quotidien bascule lorsque des graineliers débarquent chez Lucas pour arrêter son père, qui lui confie des graines pour « le protéger » avant de le pousser à s’enfuir. Le protéger de quoi, de qui ? Quel est l’effet de ces graines ?

          Malgré le danger, Lucas choisit de faire confiance à son père et de les avaler, ce qui lui fait perdre conscience pendant près de deux ans. À son réveil, il doit apprendre à s’habituer à son nouveau corps : ne plus manger comme un humain, mais boire énormément d’eau. On s’amuse alors à voir qu’il adore traîner sous la pluie et manger des piments pour les nutriments.

          Tout s’enchaîne très vite sans pour autant être précipité, puisque les deux garçons partent en voyage et, après une petite mésaventure, on découvre le pouvoir qu’a obtenu Lucas : renforcer la vitalité des plantes, ce qui, en somme, équivaut à provoquer la pousse fulgurante d’une graine qui met normalement des mois à bourgeonner.

          Un nouveau personnage fait également son entrée à la fin du premier tome : Nicolas Gilles, un grainelier dont on ne sait quoi penser. Tout comme Lucas, on a du mal à le cerner, on se demande s’il est méchant ou gentil. En effet, il a organisé un rassemblement de jeunes hommes pour, officiellement, un besoin de main-d’œuvre. En réalité, tout est orchestré pour débusquer des porteurs de graines délétères, notamment grâce à un herbicide dans l’eau. Un des garçons se fait avoir et ne parvient plus à contenir son pouvoir, transformant la moitié de son corps en ronces. On a donc une véritable démonstration agressive du pouvoir des porteurs et de la force physique qu’ils peuvent avoir. Et Lucas, qui avait pourtant tout fait pour passer inaperçu, est lui aussi découvert et est arrêté.

          Sans vouloir spoiler la totalité du contenu le plus important du deuxième tome, Nicolas se révèle être très particulier : il est à la tête du département des recherches spéciales, composée de membres tout aussi particuliers, même si on s’en doutait un peu. Mais quel est son but ? Veut-il vraiment du mal à Lucas ? Que sait-il exactement ? Le gouvernement est-il au courant ? Chasse-t-il vraiment les porteurs juste pour ne pas avoir d’opposants aussi forts que lui ? Beaucoup de mystère tourne autour de ce personnage.

          D’un autre côté, alors qu’on le pensait évincé pour un moment après l’arrestation de Lucas, Abel, aidé de Hugues, un jeune homme rencontré pendant le rassemblement, découvrira un groupe anti-grainelier : les insectes. Ils sont mués par la volonté d’arrêter les graineliers, qui mèneraient de sombres expériences sur les porteurs…

          Ce groupe, souvent jugé comme terroriste étant donné que les graineliers sont considérés comme la « police » de ce pays, a développé des graines délétères modifiées, permettant de réduire considérablement le taux de mortalité provoqué par l’ingestion de celles-ci. Cela explique pourquoi en arrivant, il y avait autant de porteurs puisqu’on nous a prévenus que c’était extrêmement risqué et donc, rare. Je me demande aussi s’ils sont les seuls à avoir réussi à faire ça du coup…

          Un des points négatifs serait le rappel des derniers évènements à presque chaque chapitre. Cependant, cette page récapitulative est toujours suivie d’une superbe illustration pour commencer la lecture, et ça, on adore ! De plus, on se pose pas mal de questions, mais une bonne partie trouve une réponse au fil des pages, bien que de nouvelles émergent de plus belle.

          L’auteure est, comme expliqué plus haut, sur son premier titre qui n’est pas un yaoi. Et cela se ressent un peu, sans que ce soit gênant : il n’y a pour l’instant que des personnages masculins importants (la seule apparition d’une femme était une villageoise et il y avait une petite fille), qui sont charismatiques, beaux et aux traits assez fins. Ce qui ne me déplaît pas du tout, au contraire, hein ! De plus, les caractères de Lucas et Abel, les personnages principaux, font penser (de ce que j’en ai lu) au duo typique des yaoi. Je ne dis pas que c’est négatif, c’est juste que ça se voit.

          Je me demande aussi s’ils vont nous faire une sorte de Seraph of the end : séparer les deux personnages principaux pour les mettre dans deux camps opposés, mais pourquoi pas.

          En fin de compte, beaucoup de mystères tournent autour des deux organisations et des fameuses graines présentes partout dans le pays. La mère de Lucas a aussi été désignée comme décédée, mais un rapide passage étrange avec un arbre quand Lucas s’enfuit nous laisse dubitatifs. Son père semble également cacher beaucoup de choses et on ne sait même pas ce qu’il est devenu après la fuite de Lucas.

          La série a un très bon rythme, on s’attache facilement aux personnages et je veux juste en savoir plus ! Le prochain tome n’a pas encore de date officielle pour la sortie française, mais on vous partage la jaquette japonaise, tout aussi belle que les précédentes !

Synopsis :

Lucas vit dans un village de campagne. À la mort de sa mère qu’il n’a pratiquement jamais connue, son père se lance à corps perdu dans des expériences mystérieuses… Des années plus tard, lorsque la garde de l’Organisme de recherche des Graineliers fait irruption chez eux pour arrêter son père, ce dernier confie alors à Lucas une poignée de graines en lui disant ces mots : « Laisse-moi au moins te protéger, toi. »

Source : Ototo
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Pinterest

Vous pourriez aussi aimer