Review

[Les Reviews WTF] Free! Dive to the future

By Keitsuya
Sep 27, 2018 19:24

Il était une fois, dans le studio d'Animation Do…

- Bonjour?

- Wesh mec t'es en retard! T'es qui d'ailleurs? Le chargé de projet de Kyoto Animation?

- Nan, il est tombé dans l'escalier, ils ont dit qu'il viendrait pas. Je crois que c'est le nouveau stagiaire.

- Ah ouais. Bon, assis toi. Prends un stylo et note. On en était où?

- La saison 3 de Free. On parlait de l'évolution sociale et sportive des personnages. Haruka et les autres sont en âge d'aller à la fac, maintenant.

- Il faut aussi montrer l'évolution des liens. En toute amitié, j'veux dire.

- …

- Ben quoi?

- Donc, Haru et les autres vont à la fac. Ils étudient quoi déjà?

- Aucune fichue idée. Mais à la fac, y a le club de natation. C'est ce qui est intéressant.

- Il faut aussi qu'on se cale sur les événements du film. Donc, que les personnages de ce dernier apparaissent.

- Ok, va pour Asahi et Ikuya donc. Haru peut les rencontrer à la fac.

- Ouais mais faut pas oublier Rin. Les fans le kiffent.

- Ok, Rin aussi.

- Mais dans le film y aussi Natsuya qui a tapé dans l'œil des fans! Faut l'ajouter aussi!

- Donc, Ikuya, Haru, Rin, Natsuya …

- Y a aussi la relation avec Sosuke … Sans oublier Makoto. Et puis Nagisa et Rei.

- Euh… Excusez moi…

- Qu'est-ce que t'as le stagiaire?

- Ca ne fait pas un peu beaucoup? Je veux dire… Trop de personnages…

- Ah et il faudrait qu'on ajoute le Kisumi.

- Mais il nage pas celui-là!

- Ben justement! Son rôle est de démontrer que l'amitié ne se limite pas à la pratique exclusive de la natation!

- Ouais bon, va pour le basketteur. Quoi d'autre?

- Ce serait bien qu'il y ait de vrais coachs. Avec un parcours, une histoire un peu sombre tu vois.

- Moi je trouve que ça manque de filles.

- Moi je pense qu'on devrait montrer ce que deviennent Iwatobi et Samezuka après le départ de Rin et Haru.

- Ouais et faut de la rivalité mais aussi des liens profonds. Des non dits, des actes manqués, des étreintes, des cris du cœur, des  -

- Excusez-moi…

- Quoi encore le stagiaire?

- Vous ne craignez pas qu'on ne touche qu'une audience yaoïste avec un scénario pareil?

- Ecoute fiston, on parle d'un anime dont les persos principaux sont des mecs qui passent les trois quarts des épisodes en maillots moulants, sans tétons, et qui ont des prénoms de gonzesses. Alors laisse-nous tranquille, on gère!

- Mais en douze épisodes c'est -

- Tatata. On gère, j'te dis!

 

 

Si vous n'avez jamais entendu parler de Free! Crunchyroll est votre ami. Vous pourrez y visionner la saison 1, sortie en 2013, la saison 2, sortie en 2014, et la saison 3, sortie en 2018. Il existe également un film préquel à la saison 1 intitulé High Speed : Free! Starting Days, sorti en 2015 et un autre sorti en 2017, Free! : Take your Marks, qui, si j'ai bien suivi se déroule entre la saison 2 et la 3.

Bref, nous devons tout ce boulot aux studios Animation Do et Kyoto Animation, ainsi qu'à Oji Koji, créateur original du concept Free!. Ah, et une saison 4 est à prévoir pour 2020.

 

Un perso, deux persos, cinq persos, vingt-et-un persos…Wait, what?

Une rentrée scolaire après la fin du lycée, Haru s'est établi à Tokyo et commence sa vie d'étudiant. Dans sa nouvelle fac, il retrouve un ancien camarade de natation et s'inscrit naturellement dans le club de l'université. On pourrait croire à un "rebelote" des scénarii précédents, mais il n'en n'est rien. Si le relais occupe toujours une place importante dans l'histoire de Free!, l'activité a laissé place à des perspectives plus individuelles. On en revient à un "nager ensemble" aux allures différentes mais aux fondements identiques. L'anime prend un nouveau tournant et se scinde en deux trajectoires, une première axée sur les liens, une seconde concentrée sur la réussite et les performances.

En tant que fangirl, j'ai été ravie de revoir toutes les bouilles qui m'avaient fait craqué au fil des saisons, oav et films. En tant que critique, je suis dévastée par l'incapacité des réalisateurs à avoir réussi à faire une croix sur certains personnages au profit d'autres. Enrayer d'anciens personnages, rivaux, amis pour mettre en relief de nouvelles personnalités, de nouveaux obstacles aurait été davantage intéressant et il y avait suffisamment de monde au "casting" pour donner le change. Cependant, l'attachement aux saisons précédentes est trop puissant pour qu'une séparation soit faite. Ainsi, nous assistons à un véritable défilé de personnages aux importances moindres, qui cherchent chacun à avoir du temps d'écran et y parviennent tant bien que mal. Cela entraîne bien évidemment des personnalités assez creuses, des développements loupés et un sentiment que tout va beaucoup trop vite. Encore une fois, le format 12 épisodes n'est pas adapté au scénario. Ou le scénario n'est pas adapté au format. Bref.

Leçon n°1 : Les doutes du stagiaire sont toujours les plus avérés.

 

Un pas vers l'international

Vous vous souvenez d'Olive et Tom et des personnages étrangers pas du tout clichés, se nommant Pierre, Napoléon ou Schneider? Ouais? Bon, Free! n'en n'est heureusement plus à ce stade. L'histoire se concentre sur le Japon et, sans surprise, l'Australie. Il est appréciable de voir que contrairement à la plupart des animes où la langue utilisée même dans un pays étranger reste le japonais, l'anglais est utilisé à chaque changement de localisation. Bien qu'à l'oreille, ça ne fasse pas du tout naturel. Nos seiyû auraient-ils du mal ? Ou bien les australiens ont-ils vraiment un tel accent? Attendons la saison 4, voir si ça cause russe…

 

Je sais de quoi ça a l'air. Cet anime n'est pas un yaoi.

De la passion, un peu, beaucoup, à la folie!

A la différence des animes type Kuroko no Basket, Captain Tsubasa, Yuri on Ice & co où la passion est propre au jeu, à la pratique sportive, à la perception de l'effort et aux liens entre équipiers et rivaux (quand ce n'est pas avec le matériel… Aherm.), Free! Appelle à une passion déstabilisante, non seulement pour la natation mais également l'eau.

Elément vital pour tout être vivant, l'eau apparait comme un conducteur tout au long de la série. A la fois terrain de jeu et de complicité, vaste étendue de danger et d'angoisses, linceul de liberté et d'accomplissement, piscines et mer deviennent des lieux de conquêtes, très prisées et désirées mais aussi terriblement redoutées. Un amour passionnel est voué à l'eau par la plupart des personnages, au sport qui la transcende et des réflexions personnelles en pagaille voient le jour.

Free! N'est donc pas seulement un anime sportif, mais une logorrhée de philosophie, un bataillon de mecs en tenue moulante pas désagréable à regarder, des chemins qui se croisent, s'éloignent, bifurquent, comme un millier de canaux pour se jeter dans une même étendue azurée, le tout fait de graphismes très bien réalisés, notamment les jeux de lumières. C'est aussi beaucoup, beaucoup d'amour. Amour de la flotte, amour de la natation, amour de ses potes, amour fraternel, amour - Bref. A ne pas regarder si vous venez de vous faire plaquer et que vous vivez dans une zone aride et désertique, vous risqueriez de déprimer. Vraiment.

Ce n'est toujours pas ce que vous croyez.

 

Notation

OST ♥♥♡♡♡

Emotion ♥♥♡♡♡

Scénario ♥♥♡♡♡

Graphisme ♥♥♥♡♡

Personnages ♥♥♡♡♡

 

Synopsis :

Ses études secondaires terminées, Haruka continue la natation à Tokyo. Dans l'université où il est inscrit, il rencontre Asahi et les souvenirs du collège leur reviennent. Tandis que Makoto cherche sa voie et que Rin fait de nouvelles rencontres dans les bassins de Sidney, chacun s'interroge. Auront-ils l'occasion de nager ensemble à nouveau? Que leur réserve l'avenir? Pourront-ils renouer avec les fantômes du passé?

Genre : Drame, Slice of life, Sport, Anime, Amour & Amitié

Opening

Mots clés : ANIME free

Articles Similaires :
Partager :