Un sénateur australien sonne l’alarme en rapport aux animes dépeignant l’abus des enfants

Divers

Les mangas et animes japonais avec du contenu dépeignant des abus sexuels des enfants seront interdits sur les étagères australiennes en vertu du plan d'un sénateur.

Stirling Griff, du Centre Alliance, déposera mercredi une motion demandant l'interdiction d'urgence, alors qu'il multiplie les critiques à l'encontre du comité pour la classification des animés controversés.

Le sénateur d'Australie du Sud a utilisé un discours au parlement pour mettre en évidence les animes et les mangas qui dépeignent l'abus des enfants.

"Il y a malheureusement un côté sombre et un côté dégoûtant dans les animes et les mangas, avec une proportion importante de ces deux médias qui présentent du matériel avec des scènes d'abus des enfants", a-t-il déclaré au Sénat.

"Ils contiennent des représentations d'enfants aux grands yeux, généralement en uniforme scolaire, se livrant à des activités et des poses sexuelles explicites, et souvent victimes d'abus sexuels".

La loi japonaise exempte les mangas et les animes des lois sur l'exploitation parce que les images ne représentent pas de vrais enfants.

En Australie, la production, la possession et la distribution de matériel d'abus représentant une personne qui semble avoir moins de 18 ans est illégale.

Les experts ont souligné que les animes et les mangas explicites peuvent être utilisés par les pédophiles comme des outils pour préparer les enfants et servir de passerelle vers l'abus de vrais enfants.

Le sénateur Griff a déclaré qu'en dépit des lois locales, un certain nombre de séries d'animes avaient reçu des notes M et MA15+ de la part du comité de classification.

"Le conseil de classification semble prendre des décisions en s'isolant du droit pénal. Cela doit cesser", a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la pire série était Eromanga Sensei, qui parle d'une fille de 12 ans qui dessine des mangas pornographiques pendant que son frère de 15 ans écrit les histoires.

"La série comporte également de nombreux thèmes d'inceste et de nombreuses scènes sont si dérangeantes que je ne peux pas les décrire", a déclaré le sénateur Griff.

Le sénateur d'Australie du Sud a écrit au ministre de l'Intérieur Peter Dutton et au ministre des Communications Paul Fletcher à ce sujet.

Le sénateur Griff souhaite une révision immédiate de tous les films d'animation japonais actuellement accessibles en Australie.

Source : 9news.com
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Pinterest

Vous pourriez aussi aimer