Review

Servitude et cours d'histoire, le T.2 de Kingdom agace et séduit

By Keitsuya
Apr 09, 2019 21:19

Ce manga est addictif. Et de tout Anikawa, je suis sans doute la moins branchée du lot. Pour dire. Nous vous avions présenté le premier tome précédemment. Aujourd'hui, on s'attaque au tome 2 du manga de Yasuhisa Hara publié en France sous la bannière des éditions Meian, et ça envoie du lourd!

Si le tome 1 se concentrait sur la mise en place du contexte historique et géographique et la présentation des principaux acteurs du conflit, le second volume continue cette plongée au cœur d'une guerre d'héritiers à la royauté. Ei Sei, roi déchu et sans pouvoir trouve refuge dans un lieu isolé et symbolique. A ses côtés, Shin, notre héros ambitieux et Ten, l'enfant rusé(e ).

La naissance d'un lien

Entre Ei Sei et Shin, l'amour fou n'existe pas, même si les adeptes du shonen-ai à l'imagination foisonnante trouveront de quoi satisfaire leurs fantasmes. Néanmoins au fil des pages, un lien se tisse entre les deux garçons, tout en subtilité. Sei, roi déchu et sans pouvoir, accepte l'idée que Shin, esclave sans avenir, devienne l'arme qu'il brandira au moment opportun, tandis que ce dernier espère profiter de l'influence du souverain pour réaliser ses rêves de grandeur.

Les interventions témoignant de cette relation partie de mépris et d'incompréhension sont infimes mais terriblement parlantes, preuve de la force de Kingdom qui mêle supplice contextuel et suspense arrogant. Après tout, qui n'a jamais rouspété lorsque le fil de l'histoire nous force à quitter durant quelques pages les héros pour s'intéresser aux manigances des méchants? 

Si le charisme des vilains est effrayant, comme dans la plupart des mangas ou anime, leur physique peu alléchant renforce le mépris que le lecteur est susceptible de leur porter. Dommage, parce qu'on ne peut décemment pas s'attacher à des personnages sournois aux intentions malsaines qui, de surcroît, ont une sale gueule.

Mais ne perdons pas espoir! La lutte est encore longue, tout comme la série et qui sait, nous découvrirons peut-être un de ces personnages aussi appréciables que détestables, qui nous font douter… Un Blanca/Sergeï à la sauce Kingdom!

Un manga récréatif, une mythologie réfléchie

Kingdom ne se veut pas être considéré comme un manga historique à proprement parler, dans le sens où les personnages et évènements restent du domaine de la fiction, même si l'on peut déceler des ressemblances avec la réalité de l'époque, pour ce qu'on en sait. En tout cas, on s'y croirait! De par les graphismes, les comportements mais aussi le contexte décrit, Kingdom nous embarque dans une Chine authentique telle que Yasuhisa nous la montre et ça fonctionne. Le contexte historique est dans son ensemble poussé au point que ce deuxième tome nous plonge à plusieurs reprises dans les prémices du monde dans lequel l'histoire prend place.

C'est un véritable cours d'histoire qui est donné au lecteur au travers de l'ignare Shin, esclave dépourvu de culture. Si les réactions de ce dernier paraissent exagérées par moment, on ne peut néanmoins nier l'effort mis dans le récit des combats et actes politiques passés. Des conflits aux alliances, des contraintes géographiques aux conditions de vie, de la royauté au peuple, nous apprenons les origines de la Chine de Kingdom et cela rend la lecture plus attrayante. Il ne s'agit alors plus d'un bon manga de baston uniquement, mais d'une réelle histoire aux multiples facettes. Les conditions sont réunies pour pousser cette dernière dans un contexte authentique.

Si vous hésitez encore à vous lancer dans cette série, allez-y sans crainte, vous trouverez forcément quelque chose qui attisera votre curiosité à un moment donné!

Pour moi qui suis plus mordue de romans épais que de manga (eeeet cela explique entre autre qu'il faut me houspiller en coulisse pour que je daigne vous pondre cette petite review ;) ), je l'assure sans aucun couteau sous la gorge :

Les 2 premiers volumes feront un cadeau idéal pour vos proches (ceux qui sont profanes ou sceptiques vis-à-vis des mangas en règle générale.) On a tous ce parent qui nous rabâche que "les animes c'est pour les bébés" ou à l'inverse "c'est que de la violence, y a pas d'histoire". Et on sait que ça vous énerve! Alors collez leur Kingdom dans les pattes et vous aurez la paix pendant au moins 15 tomes ! \o/

 

 

Seule ombre au tableau (parce qu'il en faut bien sinon ce n'est plus une review mais un placement de produit), la traduction parfois un peu pataude. Les initiés sauront que le japonais est une langue très contextualisée, difficile à traduire avec exactatitude tout en laissant planer les idées fortes des répliques. Il y a, d'une case à l'autre quelques répétitions qui me chagrinent, cela dit je m'interroge : N'est-ce pas fait exprès? En effet, les répliques "lourdes" pour les "grammar nazi" sont pour la majorité attribuée à Shin ou Ten, qui n'ont pas bénéficié d'éducation... A voir si cela s'éternise lors des prochains tomes! 

N'hésitez pas à partager vos impressions sur ce manga, sans spoil, s'il vous plaît. Un peu de pitié, je vous prie! 

 

Synopsis :

Ei Sei, le jeune roi du pays de Qin qui s'est fait ravir son trône fait route vers le monde des montagnes, pour tenter de former une aillance avec le monarque qui y règne, et recouvrer son pouvoir... Suivez-le, et découvrez la plus grande épopée de la Chine des Royaumes Combattants!! 

  • Série en cours
  • Tome 19 à paraître en juin 2019
  • Prix : 6€95
  • Genre : Seinen 

Mots clés : kingdom

Articles Similaires :
Partager :