Review

Strange Dragon, romance entre humain et dragon

By Lassia
Aug 29, 2018 19:22
  • Le point technique

Strange Dragon, signé Keiko Ishihara, est le premier manga de l'auteur à arriver sur l'hexagone. Ce shojo est terminé en 3 tomes au Japon, et a débuté en 2013 dans le LaLa magazine avant d'être édité par Hakusensha. En France, c'est Doki-Doki qui nous offre cette série, le premier tome étant sorti le 22 Août au prix de 6.95€ pour 192 pages (soit une épaisseur de 1.3cm et un format 17cm x 11cm environ). Un extrait est disponible ici.

Concernant la qualité du papier, il est comme d'habitude chez cet éditeur, pas trop fin mais pas hyper épais non plus. Quelques bavures d'encre, mais je dois toujours tomber sur l'un des rares tomes affectés. Malgré son petit format qui peut un peu faire peur, dans le sens où on croirait qu'il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent, il n'y a pas d'inquiètude à avoir. En effet, l'éditeur nous a fait la joie d'ajouter deux bonus à la fin du tome : deux histoires très plaisantes à découvrir : Le Fils du dieu des mers et Baiser de glace, publiées dans le LaLa magazine.

Pour les jaquettes, aucune différence notable mis à part la traduction du titre et une netteté améliorée. Quant à l'arrière, ni plus ni moins qu'un joli dragon rouge, le résumé de la série et l'indication concernant les nouvelles inédites de l'auteur. Enfin, sous la jaquette nous retrouvont simplement les mêmes illustrations mais en noir et blanc. Pour les volets, nous avons à gauche une petite illustration inédite et à droite, un petit mot de l'auteur avec une autre.


Couverture française

Couverture japonaise

 


Quatrième de couverture

Strange Dragon débute de façon assez classique : le titre, un mot de l'auteur, et la liste des chapitres. Le manga commence avec l'histoire du royaume de Saai Rang, nous narrant ainsi l'existence des dragons et le lien entre les membres de la royauté du pays et les dragons protecteurs. Hibana, la princesse, et Isara, le dragon, semblaient en tous points différents. Et pourtant, entre l'une rejettée à cause de ses origines et ses cheveux, et l'autre à cause de sa couleur et ses maigres capacités, Hibana et Isara se comprendront. Et on peut remercier Hibana pour sa persévérance ! Même si elle avait un objectif derrière le fait de se rapprocher de lui, ils vont apprendre à se connaitre, et finalement, elle préfèrera partir en le laissant tranquille plutôt que de lui imposer sa demande égoïste, après avoir appris l'acte impardonnable que ses ancêtres ont orchestrés sur les siens.

Plusieurs choses m'ont beaucoup plus dans cette histoire. Tout d'abord, la toile de fond. On part ici dans un contexte au style chinois doublé de fantastique, il n'en fallait pas plus pour me plaire. Temples, dragons, style vestimentaire et décors reflètent bien la volonté de l'auteur de lui donner ce style, malgré des libertés qu'elle assume. Personnellement, je ne suis pas une grande consommatrice de shojo, c'est même le genre que j'ai le moins dans ma mangatèque. Mais celui-ci, je ne l'ai pas trouvé tellement cliché (mais encore une fois, n'étant pas experte du genre, ce n'est que mon avis).

Les personnages changent. La fille est forte moralement, est prête à tout pour avoir la confiance d'Isara, assumant ses faiblesses et ses erreurs, c'est une héroïne qui ne manque pas de courage. Isara quant à lui n'est pas le garçon cliché des shojo, hyper BG et froid. Certes il est distant, mais c'est par timidité et gentillesse, car il ne sait plus comment approcher un humain tant ça fait longtemps pour lui qu'il n'en a pas côtoyer, mis à part Shata. Ce dernier est d'ailleurs le seul réel personnage secondaire auquel on s'attache, il est un enfant que Isara a recuelli et qu'il a élevé, celui-ci l'appelant "maïtre" car ayant gagné tout son respect et son admiration. 

Enfin, je dois bien avouer que je suis amoureuse des dessins. Keiko Ishihara a un style très fin je trouve, n'exagérant pas les yeux comme dans d'autres shojo, et nous régale de détails.

Malgré quelques petites choses assez classiques, l'histoire surprend. Une chose en particulier. L'avancement. En effet, j'ai été très surprise de voir à quel point leur relation a été vite. Mais je sais aussi qu'il s'agit d'une histoire en 3 tomes, qui devait se terminer en seulement quelques chapitres. C'est donc un point assez pardonnable. J'ai donc hâte de voir la tournure des choses vu la fin du premier tome.

Nous avons également droit à des petites notes de l'auteur concernant Hibana, Isara et Shata, ainsi que les décors.

Enfin, concernant les deux nouvelles, on pourrait se dire que ce n'est pas bien intéressant. Et pourtant, je me suis laissée prendre au jeu : deux histoires qui n'ont strictement rien à voir avec la série, mais qui ont le mérite d'être originales. Assez courtes mais riches en détails, Keiko Ishihara m'a convaincu, et j'espère qu'elle nous régalera avec d'autres oeuvres sur le sol français.

En conclusion : une jolie romance avec du drame et de l'action, des retournements de situations, des persos attachants et de jolis dessins, sans oublier une petite touche d'humour qui fait sourire. Une histoire en trois tomes qui vaut le coup d'oeil si vous aimez cet univers !

Rendez-vous le 3 Octobre pour le tome 2, et le 28 Janvier 2018 pour la conclusion de la série.

Synopsis :

Pour pouvoir réclamer son trône et prouver qu’elle en est digne, la princesse Hibana part à la recherche des dragons blancs qui ont rejoint les cieux il y a plus d’un siècle. Arrivée sur la piste du temple des dragons, elle rencontre son gardien, Isara, un garçon solitaire et timide. Ce dernier s’avère être un dragon cachant son apparence pour fuir la haine des hommes. Une nouvelle rencontre qui fait battre le cœur de la jeune fille… 
Parviendra-t-elle à le convaincre de devenir son dragon gardien et ainsi récupérer le trône ?

Genre : Romance, Drame, Historique, Fantastique

Mots clés : SHOJO REVIEW STRANGE DRAGON Keiko Ishihara

Articles Similaires :
Partager :